Expositions virtuelles

La France au sortir de la guerre

11 novembre 1918, 05h15. Le traité d’armistice entre officiellement en vigueur. Il est signé dans un wagon aménagé dans la forêt de Compiègne, à Rethondes (Oise), par le Maréchal Ferdinand Foch, au nom des forces Alliées, et Matthias Erzberger (député), au nom de l’Allemagne. Clochers et clairons sonnent à l’unisson partout en France lorsqu’est annoncée cette nouvelle.

La trêve conclue entre la France et l’Allemagne met un terme à plus de quatre années de guerre. Trente-six pays participèrent à ces combats, qui mobilisèrent plus de 42 millions d’hommes et coûtèrent la vie à plus de 10 millions d’entre eux.

L’Armistice, conclu pour 36 jours, est régulièrement renouvelé jusqu’à la signature du traité de Versailles, qui officialise la paix le 28 juin 1919. 

En savoir plus

La Haute-Garonne vue du ciel : l'année 1976

Jean Quéguiner (1926-2004) fut de cette génération d’archivistes de l’après guerre qui, sans renoncer à sa formation d’historien et de conservateur acquise à l’École des Chartes, fut à la fois éprise de modernité (priorité donnée aux archives contemporaines, construction de bâtiments neufs, etc.) et curieuse de tous les domaines de la culture et du patrimoine. Successivement directeur des Archives départementales de l’Aisne (1950-1955), de Seine-et-Marne (1956-1972) et de la Haute-Garonne (1973-1978), il fut ensuite nommé directeur régional des affaires culturelles de Midi-Pyrénées (1978-1985) lors de la création de cette institution.

Créateur de la photothèque des Archives de la Haute-Garonne, il fut soucieux de laisser des témoignages de son temps comme de conserver et de diffuser ceux du passé. Il réalisa donc en 1976 une campagne de vues d’hélicoptère d’une région en pleine mutation.

Trente années plus tard, ces images pleinement historiques nous parlent des origines de l’explosion démographique et de la profonde confusion entre l’urbain et le rural que connaît notre département.

En savoir plus

Être soldat durant la Grande Guerre

En prévision des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la bibliothèque européenne en ligne Europeana a lancé en 2011 une campagne de collecte numérique de documents privés qui s’est étendue à d’autres pays. En France, la Grande Collecte 14-18 a été organisée par le Service interministériel des Archives de France, la Bibliothèque nationale de France et la Mission du Centenaire 1914-1918. Depuis 2013, les Français sont invités à déposer leurs documents familiaux relatifs à la Grande Guerre dans un des différents centres participant au projet afin de les numériser avant leur restitution.

 

En Haute-Garonne, les Archives départementales ont porté le projet en accueillant le public. Près de 80 particuliers ont apporté leurs documents : correspondances, carnets de guerres, cartes postales, photographies… En tout ce sont près de 15600 images qui forment le fonds de la Grande Collecte.  

 

Ces documents pour la plupart inédits, puisqu’issus d’archives privées, donnent un aperçu renouvelé du quotidien et de la façon d’être un soldat durant la Première Guerre mondiale. Cette exposition virtuelle n’entend pas traiter de la Première Guerre mondiale en général mais prendre le point de vue des soldats à travers la façon dont on le devient durant le conflit, leur origine, leur rôle dans le combat physique et idéologique et les risques qu’ils encourent. Il s’agit de valoriser la Grande Collecte 14-18 à travers le choix d’environ 230 images représentatives de la typologie documentaire mais ne correspondant qu’à une infime partie du fonds.   

En savoir plus
haut de page