Notice descriptive

Police de sûreté contre les ennemis du régime (1937-1950).

(1921/1971)
    2 vues  - Police de sûreté contre les ennemis du régime (1937 - 1950) (ouvre la visionneuse)

    2 vues

  • Contenu :

  • Présentation du contenu

    Quelques pièces isolées saisies datent de 1921 tandis que certains dossiers ont été réouverts par le service jusqu'en 1971.

    Les dossiers d’enquêtes versés en 1989 par le service régional de police judiciaire s’avèrent essentiels pour l’étude de la période de la Seconde Guerre mondiale dans la région toulousaine et au delà. Ces documents témoignent de la répression exercée par l’État français contre toute résistance manifeste à l’encontre de la Révolution nationale, voulue par le maréchal Pétain et mise en place par le gouvernement de Vichy.

    La pression exercée par les autorités d’occupation, via l’intendant régional de police, est sensible surtout à partir de novembre 1942 et se traduit par la « remise aux Allemands » de personnes recherchées, principalement sur requête du capitaine Retzek et de ses successeurs le lieutenant colonel Bilfinger puis le lieutenant colonel Suhr au poste de chef de la police de sûreté allemande à Toulouse. Antérieurement à cette date, diverses commissions allemandes en mission se déplacent dans la région de Toulouse, en particulier la commission Kundt, en quête des nationaux allemands internés à ce titre, dans les camps de la zone Sud. La collaboration de la police française avec la police allemande est perceptible dans certains dossiers d’enquête où les opérations de police sont menées conjointement par les forces françaises de police, notamment les groupes mobiles de réserve (GMR), la Milice française et l’occupant.

    Les mobiles des affaires considérées sont d’ordre politique. Elles sont traitées par la section des affaires politiques des 8e et 17e brigades mobiles de police de sûreté. Ce service est successivement en charge de la répression des menées antinationales contre l’État français, puis de la recherche des crimes de guerre ennemis par le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). En effet, lorsque la délégation régionale de recherche des crimes de guerre ennemis est dissoute à Toulouse , la compétence échoit au service régional de police judiciaire. Cette mission a généré la suite de dossiers nominatifs des prisonniers de guerre allemands internés au camp des Sables (Portet-sur-Garonne), présents dans ce fonds. Elle a aussi été à l’origine de la réouverture tardive de la plupart des dossiers.

  • Indexation :

  • Sujets

    guerre 1939-1945 / police judiciaire / surveillance du territoire / région

  • Sources complémentaires :

  • Rédacteur

    07/03/2016

Iconographies
haut de page