Découvrez l'autre visage des Archives 31 sur Facebook


>
>

Clément ADER ( 2 avril 1841 - 3 mai 1925)

Clément Ader alors agé de 74 ans (1915)
Portrait de Clément Ader, alors agé de 74 ans (1915).
AD HG, 46 Fi

Clément Agnès Ader est l’un de ces personnages dont on ne se lasse pas d’évoquer toute la richesse et l’ingéniosité d’esprit. Ingénieur futuriste, véritable "entrepreneur d'inventions" ayant mené de front plusieurs projets simultanément, Ader figure parmi les hommes qui ont marqué leur époque et façonné notre temps par leurs créations et idéaux.

Haut-garonnais d'origine, né à Muret le 2 avril 1841, Clément Ader grandit dans une famille où le travail manuel, et plus précisément le travail du bois, était l'héritage premier transmis de père en fils. Élève brillant, il partit à l'âge de 12 ans à Toulouse pour suivre des études secondaires et obtint trois années plus tard son baccalauréat.

En 1857, il intégra la section industrielle de l'institut Assiot de Toulouse et obtint quelques années plus tard, en 1861, un diplôme d'ingénieur équivalent aux Arts et Métiers.
Ader travailla pour la "Compagnie des chemins de fer du Midi" de 1862 à 1866. Il mit au point une machine destinée à relever les rails (brevet déposés en avril 1866), puis imagina plus de 10 ans plus tard un système de "rail sans fin" qui préfigurait l'invention des chenilles pour les chars (brevet du 19 février 1878).

Extraits d'un article du numéro 337 de la revue "La Nature" - novembre 1879 : Le système du rail sans fin de Clément Ader.
Source : Cnum - Conservatoire numérique des Arts et Métiers - http://cnum.cnam.fr
Article intégralement consultable en ligne sur le site du Cnum

Clément Ader s'interesse alors au vélocipède, ancêtre de la bicyclette, et décide de l'améliorer en remplacant le bandage de fer des roues par des anneaux de caoutchouc, soit le premier pneu plein (brevet du 24 novembre 1868) et un cadre allégé en tube au lieu de barre de fonte... Il remportera même des courses départementales dans le but de démontrer la supériorité de son "véloce-caoutchouc" dont la commercialisation est malheureusement stoppée en 1870 par le déclenchement de la guerre franco-prussienne.

Mais le grand projet qui anima Ader tout au long de sa vie fut de faire voler un « plus lourd que l'air ». La première étape fut la réalisation de moteurs à vapeur puis à explosion. Subventionné par le ministère de la Guerre et aidé par l'ingénieur Ferdinand Morel, Ader se lança dans la conception de prototypes dotés de voiles. De 1890 à 1897, trois appareils sont créés : l'Éole (l'Avion), le Zéphyr (Avion II) et l'Aquilon (Avion III).
Durant cette période,Ader travailla également sur des câbles sous-marin, les automobiles de course, le canot glissant pneumatique, précurseur de l'aéroglisseur…

Article paru dans "La Nature, revue des sciences", premier semestre 1904, trente deuxième année, page 303.
(Cnum - Conservatoire numérique des Arts et Métiers - http://cnum.cnam.fr)
consultable en ligne sur le site du Cnum
Extraits de l'article paru dans "Revue technique de l'exposition universelle de 1900", Paris - 9. Téléphonie et télégraphie (1901), page 224 et suivantes.
(Cnum - Conservatoire numérique des Arts et Métiers - http://cnum.cnam.fr)
Article consultable intégralement en ligne sur le site du Cnum
Article paru dans "Exposition internationale universelle de 1900. Catalogue général officiel ", Paris - Tome cinquième. Groupe V. Électricité, page 216.
(Cnum - Conservatoire numérique des Arts et Métiers - http://cnum.cnam.fr)
Article consultable intégralement en ligne sur le site du Cnum

On lui doit enfin deux ouvrages sur l'aviation : La première étape de l'aviation militaire française (1907) et Les vérités sur l'utilisation de l'aviation militaire avant et pendant la guerre (1919).

Vieillissant, il se retira près de Toulouse, à Beaumont-sur-Lèze, dans son domaine viticole de Ribonnet. Le 3 mai 1925, à Toulouse, il rendit son dernier soupir âgé de 83 ans, après une reconnaissance nationale tardive. L'Avion III est le seul témoignage de ses inventions aéronautiques qui est arrivé jusqu'à nous. Il est exposé au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris.

Ce n’est qu’après la levée du secret-défense que les archives concernant ses recherches aéronautiques ont été rendues publiques et ont ainsi révélé les premiers essais de décollage des prototypes d’Ader au camp militaire de Satory, près de Versailles.

Acte de naissance de Clément Ader
Acte de naissance de Clément Ader, né le 2 avril 1841 à Muret.
AD HG, 4 E 3494.
L'avion III, Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris.
Ader fut le premier à équiper un vélocypède de pneus pleins et d'un cadre en tube...
Article de 'La Dépêche du Midi' annonçant le décès de Clément Ader
Article de "La Dépêche du Midi" du 6 mai 1925,annonçant le décès de Clément Ader
AD31, Dépêche du Midi, BA Jour 21 1925-1.
Article de 'La Dépêche du Midi' annonçant les obsèques de Clément Ader
Article de "La Dépêche du Midi" du 6 mai 1925,annonçant les funérailles de Clément Ader
AD31, Dépêche du Midi, BA Jour 21 1925-1.

Succession établie après le décés de Clèment Ader :

Succession après décès de Clément Ader, 1 sur 4
Succession établie après le décès de Clément Ader. AD 31, WQ 11554.(1/4)
Succession après décès de Clément Ader, 2 sur 4
Succession établie après le décès de Clément Ader. AD 31, WQ 11554.(2/4).
Succession après décès de Clément Ader, 3 sur 4
Succession établie après le décès de Clément Ader. AD 31, WQ 11554.(3/4).
Succession après décès de Clément Ader, 4 sur 4
Succession établie après le décès de Clément Ader. AD 31, WQ 11554.(4/4).

haut de page

ad31 - mentions légales