Découvrez l'autre visage des Archives 31 sur Facebook


>

Les œuvres de jeunesse d'Hector d'Espouy

La sous-série 2 O, qui concerne les dossiers d'administration communale dont le préfet avait la tutelle, et dont vous pouvez consulter l'inventaire détaillé dans la rubrique "inventaire en ligne", conserve de très nombreux plans de bâtiments du XIXe siècle jusqu'à 1940.
Récemment, le classement des documents de la commune de Cazères a offert une belle surprise en révélant des œuvres de jeunesse de l'architecte et peintre ornementaliste renommé, Hector d'Espouy.
Les plans présentés, cotés 2 O 135/12 (1) et 2 O 135/12 (3), ont été dessinés en 1882 lors de la restauration de la façade de l'église de Cazères, au tout début de sa carrière.


Faites glisser la barre verte d'un côté à l'autre de l'image
pour comparer les deux versions.

before
after

Né le 8 mai 1854 à Salles-sur-Adour (Hautes-Pyrénées) de Bernard-Léon d'Espouy et de Rose-Marie-Baptistine de Carrère, Hector Jean-Baptiste Désiré d'Espouy grandit à Cazères où son père exerce la fonction de juge de paix.

Bien que féru de peinture, il entame une carrière d'architecte sous la pression de son père, d'abord à l'école des Beaux-Arts de Toulouse puis à Paris, où il est l'élève d'Honoré Daumet.

En 1884, il est lauréat du Grand Prix de Rome pour "Un établissement thermal".
Il réside à la Villa Médicis (1885-1889) et effectue de nombreux voyages à l'étranger avant d'être diplômé DPLG (1889) et d'obtenir la médaille du Salon en 1890 pour sa basilique de Constantin à Rome.

En 1895, il devient professeur de peinture ornementale à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
La légion d'honneur lui est décernée en 1901 et il publie en 1905, "Fragment d'architecture Antique", qui sera suivi en 1925 de "Fragment d'architecture du Moyen-Age et de la Renaissance".

Ses principales réalisations sont : les fresques du plafond de l'entrée du Panthéon de Paris (1891), la décoration intérieure du musée royal de l'Afrique Centrale à Tervuren, Belgique (1897), la décoration de la salle de sculpture du musée des Beaux-Arts de Nantes (1900), les peintures murales de la maison de James Burden à New-York ainsi que les thermes du Mont-Dore (1903), la décoration de la bibliothèque Dutuit au Petit Palais (1914).

Malgrè cette carrière internationale, Hector d'Espouy n'oublie pas Cazères, où il séjournera fréquemment et où il s'éteindra en 1929 à l'âge de 75 ans. La petite ville possède d'ailleurs quelques monuments réalisés par celui-ci : la halle en 1884 et le monument aux morts en 1923.
Les dossiers de construction sont également conservés aux Archives départementales de la Haute-Garonne.

Quant à l'église de Cazères, la version de d'Espouy fait toujours la fierté de cette cité commingeoise :



Et pour en savoir sur l'histoire de Cazères, n'hésitez pas à consulter l'inventaire en ligne.



ad31 - mentions légales